French Government Ramps Up Its Carbon Tax

Spotlight Activity: French Government Ramps Up Its Carbon Tax

In its National Low-Carbon Strategy, Stratégie Nationale Bas Carbone, and in its Law on the Energetic transition and Green Growth, France had set a clear trajectory on increasing a carbon tax. However, the new government elected in 2017 decided last year to increase it even more than anticipated. As the increase is slowly cumulating with fossil fuel price hikes, the Government faces unprecedented mobilization against fossil fuel increase; this shows many things:

– Though convinced that climate changed is due to fossil fuels, French people largely ignore that fuel prices depend on oil & gas price on international markets

– French people are still too dependent on fossil fuels for heating and transportation, although electric vehicles are making progress every year

– 80% of the French people are not willing to pay a high price for their CO2 emissions

– The public does not support measures necessary to reduce GHG emissions in ambitious climate policies. Despite successful experiments, more debates are needed at all levels to explain how climate finance works (or should work). The information is available but is still too complex for the general public, see picture hereunder.

 

The complexity of the current carbon tax system is not helpful for the communication to the general public. For instance, there still remains some loopholes in the application of the tax, such as the partial exoneration of some kinds of fuels show in the following snapshot taken from the Carbon tax chart:

The scheduled increase is sufficient to have an impact on consumers and investors:

*projected increase

But the compensation to the tax is only available in the form of small bonuses on low-carbon alternative purchases, such as electric vehicles or heat pumps. In fact, those bonuses have been cut in the past few years, and most of the carbon tax revenue is spent on obscure “environmental transition” investment lines with low or near zero impact on GHG emissions and low or negative public visibility, such as wind turbines in areas with erratic winds and historic or scenic landscapes, where tall windmills sometimes fit and often don’t. Communication is often insufficient: too many organizations in France are still pretending that electric vehicles cannot help the climate, when the information is available. The Government is still not clear on these topics (for instance, placing on the same level available, low-CO2 battery EVs and H2-powered vehicles, when hydrogen is not low-carbon and will not be before 2040, way to late for the climate) or not supporting NGOs like Climate Scorecard and its partners. For instance:

Instead, Climate Score card urges the French Government to adopt clear-cut low-emission investment bonuses or a general “carbon fee and dividend” like the one adopted by Canada a few weeks ago. The “Carbon fee & dividend” scheme has been proposed for many years by CCL, the Citizens Climate Lobby, as a means to effectively amplify the price signal effect of GHG emissions with a clear orientation to the benefits of such a tax: everyone receives a dividend, i.e.. a yearly allowance, that they can spend or save on low-carbon solution. The amount of the dividend is equal to the total sum of the tax, minus collection fees and a large budget for education and media communication campaigns to inform the public about the most efficient low-carbon alternatives, divided by the number of beneficiaries (households). Companies do not receive any compensation because they usually have more budget for choosing between fossil and alternative energy solutions. A border compensation scheme is established to account for the level or lack of “Carbon fee & dividend” scheme, or an equivalent carbon price scheme, in other countries. Finally, care must be taken to offset the level of the carbon price depending on the kind of GHG source, or worse, the exclusions on some companies and industrial sectors, which in principle, should be eliminated in order to ensure a fair treatment of all economic actors. In fact, a previous version of the carbon tax in France had been repelled ten years ago by the Conseil Constitutionnel, the French equivalent to the Supreme Court, on the grounds that too many exclusions created an unfair treatment between taxpayers.

Status: Right Direction

Increasing the carbon tax is one of the most efficient ways to help cut CO2 emissions … but the devil lies in the details of the climate transition. The current levels and number of exclusions defeat its purpose. France must focus more on implementing effective carbon pricing schemes, such as a universal carbon tax or a “Carbon fee & dividend” scheme, if it wants to decrease significantly CO2 emissions every year. Otherwise it will miss its 2020 and 2030 GHG emissions reduction objectives (respectively, -23% and -50% CO2 equivalent with respect to 1990). A border compensation scheme and precise monitoring of carbon tax efficiency have yet to be implemented.

Take Action

Write to Prime Minister, Mr. Edouard Philippe :
Example of contribution text:

Dear Sir,

France has set up a framework for a carbon tax and made political decisions to #LowerCO2emissionsAgain : France has committed to reduce GHG emissions by 23% in 2020 compared to 1990, 50% in 2030 and 100% in 2050. As President Macron rightly pointed out on 12/12/2017 at the One Planet Summit, “we are losing this battle: this is unacceptable”. We have noticed that in other countries, an awful lot of money, hundreds of billions of euros, have been invested with very little effect.

President Macron said: “CO2 emissions are top priority”. ?We certainly agree that increasing CO2 emissions is no longer an option and that this trend must be reversed. Climate Scorecard encourages the French government to set clear deadlines to reach its CO2 emissions targets and start immediately implementing a more effective carbon tax scheme in 2 parts:

Tax collection: current levels and number of exclusions to the carbon tax (Carbon Component of TICPE) defeat its purpose. France must focus more on implementing effective carbon pricing schemes, such as a universal carbon tax without any partial or hidden exemptions (the useless ETS must be terminated and replaced by a European price on carbon)) or a “Carbon fee & dividend” scheme, if it wants to decrease significantly CO2 emissions every year. Otherwise it will miss its 2020 and 2030 GHG emissions reduction objectives (respectively, -23% and -50% CO2 equivalent with respect to 1990). A border compensation scheme and precise monitoring of carbon tax efficiency have yet to be implemented.

Education: the public will accept and admit the consequences of a hefty carbon tax only if:
an identifiable compensation is made available to them, education and information towards effective alternative solutions with validated, unequivocal CO2 emission reduction or capture are identified.

Therefore, Climate Scorecard urges your Government to consider the implementation, in France and in Europe, of either a universal carbon tax or a Carbon fee & dividend scheme, replacing the current CCE/TICPE and ETS schemes, which have failed and are not understandable by the general public. Please consider that France is a role model, but each lag year towards effective CO2 emission reduction may cause an irreversible change of temperature of about +0.1°C per year, from +1.0°C in 2018. We are only 5 years away from crossing the +1.50C threshold forever. Therefore, our actions should be swift, coordinated, unequivocal and effective immediately. We hope that your services and the Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire will be willing to work with us in order to redirect Climate Change Action in France and worldwide, towards more ambitious climate goals and effective measure, such as Carbon Neutrality by 2040 or 2045, instead of 2050.

We are looking forward to your answer and working on climate action together.
With our respectful and best regards [sign name]

Send This Action Alert Message to: ?Write to Prime Minister, Mr. Edouard Philippe at:
https://www.gouvernement.fr/contact/ecrire-au-premier-ministre
Education organizations, NGOs and community services in your neighborhood

Le gouvernement français augmente la taxe carbone.

Dans sa Stratégie Nationale Bas Carbone, Stratégie Nationale Bas Carbone, et dans sa Loi sur la transition énergétique et la croissance verte, la France s’est fixé une trajectoire claire pour augmenter une taxe carbone. Cependant, le nouveau gouvernement élu en 2017 a décidé l’année dernière de l’augmenter encore plus que prévu. Alors que l’augmentation s’accumule lentement avec la hausse des prix des combustibles fossiles, le gouvernement est confronté à une mobilisation sans précédent contre l’augmentation des combustibles fossiles, ce qui montre bien des choses :
– Bien que convaincus que le changement climatique est dû aux combustibles fossiles, les Français ignorent largement que les prix des combustibles dépendent du prix du pétrole et du gaz sur les marchés internationaux.
– Les Français sont encore trop dépendants des combustibles fossiles pour le chauffage et les transports, même si les véhicules électriques progressent chaque année.
– 80% des Français ne sont pas prêts à payer le prix fort pour leurs émissions de CO2 ;
– Le public n’appuie pas les mesures nécessaires pour réduire les émissions de GES dans le cadre de politiques climatiques ambitieuses. Malgré des expériences réussies, d’autres débats sont nécessaires à tous les niveaux pour expliquer comment fonctionne (ou devrait fonctionner) la finance climatique. L’information est disponible mais reste trop complexe pour le grand public, voir photo ci-dessous.

La complexité du système actuel de taxe carbone n’est pas utile pour la communication au grand public. Par exemple, il reste encore quelques lacunes dans l’application de la taxe, comme le montre l’exonération partielle de certains types de carburants dans l’instantané suivant tiré du tableau de la taxe carbone :

Flux de financement de la source à la destination. ?Source: panorama I4CE.
La complexité du système actuel de taxe carbone n’est pas utile pour la communication au grand public. Par exemple, il reste encore quelques lacunes dans l’application de la taxe, comme le montre l’exonération partielle de certains types de carburants dans l’instantané suivant tiré du tableau de la taxe carbone :

L’augmentation prévue est suffisante pour avoir un fort impact sur les consommateurs:

*augmentation prévue
Mais la compensation de la taxe n’est disponible que sous la forme de petits bonus sur les achats alternatifs à faible émission de carbone, tels que les véhicules électriques ou les pompes à chaleur. En fait, ces primes ont été réduites au cours des dernières années, et la plus grande partie des recettes de la taxe sur le carbone est dépensée dans des lignes d’investissement obscures de ” transition environnementale ” ayant un impact faible ou presque nul sur les émissions de GES et une visibilité publique faible ou négative, comme les éoliennes dans les régions où les vents sont irréguliers et les paysages historiques ou pittoresques accueillent ces grands moulins parfois très mal. La communication est souvent insuffisante : trop d’organisations en France prétendent encore que les véhicules électriques ne peuvent pas aider le climat, alors que l’information est disponible. Le gouvernement n’est pas encore clair sur ces sujets (par exemple, placer au même niveau les VE à faible émission de CO2 et les véhicules fonctionnant au H2, alors que l’hydrogène n’est pas à faible émission de carbone et ne le sera pas avant 2040, ce qui est trop tard pour le climat) ou ne pas soutenir les ONG comme Climate Scorecard et ses partenaires. Par exemple :

Emissions de CO2 des véhicules électriques en fonction des émissions du système électrique. ?Source: Transport & Environment.

Au lieu de cela, l’ONG Climate Scorecard exhorte le gouvernement français à adopter des primes à l’investissement clairement définies et à faibles émissions ou une taxe carbone redistributive comme celle récemment adoptée par le Canada : le Prix et Dividende Carbone. Depuis de nombreuses années, CCL, le Lobby Citoyen pour le Climat (Citizens Climate Lobby), propose le système “Carbon fee & dividend” comme moyen d’amplifier efficacement l’effet de signal de prix des émissions de GES en s’orientant clairement vers les avantages d’une telle taxe : chacun reçoit un dividende, c’est-à-dire une allocation annuelle, qu’il peut dépenser ou économiser dans une solution faible en carbone. Le montant du dividende est égal à la somme totale de l’impôt, déduction faite des frais de perception et d’un budget important pour les campagnes d’éducation et de communication médiatique visant à informer le public sur les alternatives les plus efficaces en matière de réduction des émissions de carbone, divisée par le nombre de bénéficiaires (ménages). Les entreprises ne reçoivent aucune compensation parce qu’elles disposent généralement d’un budget plus important pour choisir entre des solutions énergétiques fossiles et alternatives. Un système de compensation à la frontière est établi pour tenir compte du niveau ou de l’absence d’un système de “taxe et dividende carbone”, ou d’un système équivalent de prix du carbone, dans d’autres pays. Enfin, il faut veiller à compenser le niveau du prix du carbone en fonction du type de source de GES, ou pire, les exclusions sur certaines entreprises et secteurs industriels, qui devraient en principe être éliminées afin d’assurer un traitement équitable à tous les acteurs économiques. En fait, une version précédente de la taxe carbone en France avait été rejetée il y a dix ans par le Conseil Constitutionnel, au motif que trop d’exclusions créaient un traitement injuste entre contribuables.
Evaluation : *** Sur la bonne voie ?Augmenter la taxe carbone est l’un des meilleurs moyens de baisser sensiblement les émissions de CO2 … mais il faut bien veiller à la rendre redistributive pour éviter un choc fiscal. Le niveau et le nombre actuels d’exclusions vont à l’encontre de son objectif. La France doit se concentrer davantage sur la mise en place de systèmes efficaces de tarification du carbone, tels qu’une taxe carbone universelle et redistributive telle que le Prix et Dividende Carbone, si elle veut réduire sensiblement ses émissions de CO2 chaque année. Sinon, elle n’atteindra pas ses objectifs de réduction des émissions de GES pour 2020 et 2030 (respectivement -23% et -50% d’équivalent CO2 par rapport à 1990). Un système de compensation aux frontières et un suivi précis de l’efficacité de la taxe carbone n’ont pas encore été mis en place.

Action pour le climat :
Ecrivez au Premier Ministre, M. Edouard Philippe :
Exemple de contribution :
« Monsieur le Premier Ministre,
Certaines décisions politiques sont nécessaires pour réduire les émissions de CO2.
La France a mis en place un cadre pour une taxe carbone et a pris des décisions politiques en faveur de la réduction des émissions de CO2 : elle s’est engagée à réduire ses émissions de GES de 23% en 2020 par rapport à 1990, 50% en 2030 et 100% en 2050. Comme le Président Macron l’a souligné à juste titre le 12/12/2017 lors du One Planet Summit, “nous sommes en train de perdre cette bataille : c’est inacceptable”. Nous avons constaté que dans d’autres pays, beaucoup d’argent, des centaines de milliards d’euros, ont été investis avec très peu d’effet.
A la COP23, le président Macron avait dit : “Les émissions de CO2 sont notre priorité absolue”.
Nous convenons certainement que l’augmentation des émissions de CO2 n’est plus une option et que cette tendance doit être inversée. Climate Scorecard encourage le gouvernement français à fixer des échéances claires pour atteindre ses objectifs en matière d’émissions de CO2 et à commencer immédiatement à mettre en œuvre un système de taxe carbone redistributive et universelle plus efficace en deux parties :
1. Perception universelle de l’impôt : les niveaux actuels et le nombre d’exclusions de la taxe carbone (Composante Carbone du TICPE) vont à l’encontre de son objectif. La France doit se concentrer davantage sur la mise en place de systèmes efficaces de tarification du carbone, tels qu’une taxe carbone universelle sans exemptions partielles ou cachées (le système ETS inutile devrait être supprimé et remplacé par un prix européen du carbone) ou un système de ” Prix et Dividende Carbone”, si elle souhaite réduire significativement ses émissions de CO2 chaque année. Sinon, elle manquera ses objectifs de réduction des émissions de GES pour 2020 et 2030 (respectivement -23% et -50% d’équivalent CO2 par rapport à 1990). Un système de compensation aux frontières et un suivi précis de l’efficacité de la taxe carbone n’ont pas encore été mis en place.
2. Compensation éducative : le public n’acceptera et n’admettra les conséquences d’une taxe carbone lourde que si :
a. une rémunération identifiable est mise à sa disposition,
b. l’éducation et l’information vers des solutions alternatives efficaces avec une réduction ou la capture certifiée et sans équivoque des émissions de CO2 sont identifiées.
C’est pourquoi, le Climate Scorecard exhorte votre gouvernement à envisager la mise en place, en France et en Europe, d’une taxe carbone universelle ou d’un système de taxe et de dividende carbone, en remplacement des actuels systèmes CCE/TICPE et ETS, qui ont échoué et ne sont pas compréhensibles par le grand public. Veuillez considérer que la France est un modèle à suivre, mais chaque année de retard vers une réduction efficace des émissions de CO2 peut entraîner un changement irréversible de température d’environ +0,1°C par an, contre +1,0°C en 2018. Nous ne sommes qu’à 5 ans du franchissement du seuil de +1,5°C pour toujours. Par conséquent, nos actions doivent être rapides, coordonnées, sans équivoque et efficaces immédiatement. Nous espérons que vos services et le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire seront prêts à travailler avec nous pour réorienter l’Action Changement Climatique en France et dans le monde, vers des objectifs climatiques plus ambitieux et des mesures efficaces, comme la neutralité carbone d’ici 2040 ou 2045, au lieu de 2050.
Nous attendons votre réponse avec impatience et travaillons ensemble sur l’action climatique.
Avec nos plus respectueuses salutations,
[nom ou signature]

Climate Scorecard se tient à votre disposition pour une aide précise et efficace afin de définir et tenir ces objectifs. Dans l’attente de votre réponse, nous soutenons votre action pour le climat en France et dans le monde.
Avec nos salutations les plus respectueuses [Prénom Nom] »
Envoyez ce Message d’Alerte : ?Ecrivez au Premier Ministre, M. Edouard Philippe sur :
https://www.gouvernement.fr/contact/ecrire-au-premier-ministre

Ecoles, associations et organismes d’enseignement ou services sociaux
Devenez partenaires de Climate Scorecard en vous inscrivant sur :

Partners


Pour nous contacter, envoyez un courriel au Directeur National de Climate Scorecard: Stephan Savarese
stephan@climatescorecard.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.