The Need for an Adaptation Plan to +3°C or More

Spotlight Activity: The Need for an Adaptation Plan to +3°C or More

A major shortcoming of the National Low-Carbon Strategy, in French: Stratégie Nationale Bas Carbone and Plan Climat, was to underestimate the consequences of global warming, assuming that the objectives of the Paris Agreement would be reached. Adaptation plans should be built instead to adapt to the current trajectory from the NDCs, which cannot keep global warming under +2.6°C. For France, these are the First NDC of the European Union and the First France NDC. A realistic estimate is that the current GreenHouse Gaz (GHG) emission trajectory corresponds to +3°global warming, given that many countries are not on target with their current NDC, let alone reinforced NDCs. Fortunately for France, information published on the ONERC (Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique) web site shows it is now gearing up to face this issue in a realistic way, probably taking less optimistic hypotheses on the consequences of global warming in the next revision of PNACC (Plan National d’Adaptation au Changement Climatique): the Climate Change National Adaptation Plan, named PNACC-2.

The first objective of PNACC-2 will thus be a better coordination between mitigation and adaptation: “Improve consistency between mitigation and adaptation policies”, mentions the last ONERC report published in November 2017: towards a 2nd climate change adaptation plan for France.

Estimates of CO2 emissions required to beat current NDC emissions trajectory. Source: independent research from Saving Our Planet/Climate Action Now! and The Shift Project, December 2016.

It is necessary to adequately describe and quote the cost of adaptation plans to +3°C or more to make people understand that we need to stick to the +1.5°C objective, with a reasonable chance of getting there so we can make sure to stay well below the +2°C maximum threshold. If such adaptation plans were made, they would be consistent with the Stern Review, which quotes 5 to 20% GDP cost for any adaptation plan to the current trajectory of CO2 emissions, or even more if pessimistic hypotheses are confirmed, as seems to be the case from recent field observations. Each country would then clearly evaluate their own interest to invest for the climate massively, for instance in climate-friendly and resilient buildings, coal power plant replacements, energy savings, cleaner transportation, CO2 capture by tree planting and CO2-made materials than trying to adapt.

Thus, Climate Scorecard encourages France to address this issue by asking President Emmanuel Macron, its Government and Parliament, to set up a joint task force to evaluate the appropriate adaptation measures to +3°C and multi-meter sea level rise by 2100. Then, this would be considered as a realistic worst-case scenario against which any plan combining mitigation and adaptation would be evaluated, so as to enable fact and science-based decision making.

Climate Scorecard would be able to help setting up and to contribute to such a task force.

Status: Right Direction

Climate Change is way ahead of us. We think that we can adapt when warning signs indicate that the Business As Usual scenario leaves no room to adaptation. Overestimating our capacity to adapt is human, but it is not an option for France. France is one of the few states recognizing the need for constantly updating climate policies based upon recent climate science advances in order to design adaptation strategies. As climate leader, France must set an example of climate awareness and realism. France is doing its homework with the next Climate Change National Adaptation Plan. It still needs to clearly state that there is no realistic adaptation plan to +2°C and over. Realistic adaptation plans are only compatible with the +1.5°C objective (or well below +2°C), not more global warming.

Take Action

Write to your MP and Senator

Example of contribution text:
“Dear Mr./Ms MP/Senator,
Current climate change adaptation plans assume that the objectives of the Paris Agreement will be met. Clearly, this is an overestimation of our capacity to adapt. Overestimating our capacity to adapt is human, but it is not an option for our country. As climate leader, France must set an example of awareness and realism. There is no realistic adaptation plan to +2°C and over. Realistic adaptation options should only consider the +1.5°C objective (or well below +2°C). This should be clearly stated in the preamble of the next Climate Change National Adaptation Plan due this summer 2018. I agree with the NGO Climate Scorecard and I believe that the French parliament should set up a Commission to study this issue and submit a report to the Government quoting the adaptation consequences and costs to the current emission levels, which have not been decreasing for several years. This base scenario should then be compared to more aggressive, combined mitigation and adaptation plans ensuring both the protection of French people and assets, and enhancing global chances to reach the goals of the Paris Agreement on Climate Change.

Would you agree to carry this message across to the French Parliament and Government?
Climate Scorecard can provide specific support to your climate action.
We are looking forward to your answer and support your climate action worldwide.
With our respectful and best regards [sign name]

Send This Action Alert Message to: 
Write to your MP : you can find their email address here:
http://www2.assemblee-nationale.fr/recherche-localisee/carte/FRANCE

Education organizations, NGOs and community services in your neighborhood: become a Climate Scorecard Partner. Please fill out the form:
https://www.climatescorecard.org/partners/

Activité : Plan d’Adaptation au Changement Climatique de la France: il n’y a aucun plan d’adaptation à +3°C ou plus

Un des points faibles de la Stratégie Nationale Bas Carbone et du Plan Climat était de supposer acquise l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris. Or, les plans d’adaptation devraient plutôt viser l’adaptation à la trajectoire actuelle basée sur les engagements (NDC) actuels de la France, à savoir : le Premier NDC de l’UE et le Premier NDC français. Heureusement, le Plan Climat de la France est révisé environ tous les 5 ans pour tenir compte de l’évolution de la trajectoire d’émissions, laquelle ne peut pas actuellement contenir le réchauffement global au-dessous de +2.6°C dans le meilleur des cas. En fait, il y a une grande probabilité que la trajectoire actuelle d’émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) nous amène vers les +3°C, car de nombreux pays ne sont même pas en ligne avec leur propre NDC, sont la plupart sont insuffisants… Heureusement, selon les informations publiées sur le site de l’Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique, l’ONERC a appréhendé ce problème de manière réaliste : il est raisonnable d’espérer que des hypothèses moins optimistes sur les conséquences du changement climatique, nettement plus réalistes que celles prises en compte pour la première version, seront intégrées à la prochaine révision en 2018 du PNACC : le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique. Le premier objectif du PNACC-2 sera ainsi une meilleure articulation entre atténuation et adaptation: “Renforcer la cohérence de la politique d’adaptation avec la politique d’atténuation.” , extrait du dernier rapport de l’ONERC publié en novembre 2017 : vers un 2ème plan d’adaptation au changement climatique pour la France.

Estimation de la baisse des émissions de CO2 requise pour compenser l’insuffisance actuelle des NDC. Source : études indépendantes des ONG Saving Our Planet/Climate Action Now! et The Shift Project, Décembre 2016.
Pour améliorer cette cohérence entre atténuation et adaptation, il est important de connaître et d’expliquer le coût d’adaptation à un scénario +3°C, afin de faire comprendre à tous que l’objectif de +1,5°C n’est pas seulement un objectif humanitaire envers les populations les plus menacées, certes louable mais considéré comme secondaires par la plupart des acteurs économiques, mais une nécessité qui s’impose à tous. Si des plans d’adaptation à +3°C ou plus étaient établis et chiffrés, ils seraient cohérents avec le Rapport Stern, lequel estime que 5 à 20% des richesses produites chaque année seraient détruites sans plans d’atténuation et d’adaptation idoines, voir bien plus sir les hypothèses les plus pessimistes continuent d’être confirmées par les observations les plus récentes. Ainsi, chaque pays serait alors confronté à ses propres responsabilités : courir le risque de catastrophes économiques en chaine ou bien investir dans le climat. Par exemple : bâtiments économes et résilients, remplacement des centrales à charbon, efficacité énergétique, transports bas-carbone, capture de CO2 par la reforestation et les matériaux fabriqués à partir de CO2.
En conclusion, Climate Scorecard encourage la France à transformer l’essai et demande au Président Emmanuel Macron, au Gouvernement et au Parlement de créer une commission spéciale pour évaluer les mesures d’adaptation à un réchauffement de +3°C et à une montée du niveau de la mer de plusieurs mètres d’ici 2100. Ce scénario du pire serait ensuite considéré comme base de comparaison de tous les scénarios futurs d’adaptation et d’atténuation afin de permettre une prise de décision politique basée sur des faits et sur la science.
Climate Scorecard se tient prêt à contribuer à la mise en place et aux travaux d’une telle commission.

Right Direction

Le changement climatique a pris de l’avance sur nous. Nous pensons que nous sommes capables de nous adapter alors que les avertissements nous montrent que la tendance historique d’augmentation des émissions de GES ne nous laissera pas le temps de s’adapter. Surestimer notre capacité d’adaptation est un luxe que la France ne peut pas se permettre. En tant que leader climatique, la France doit donner l’exemple du réalisme et de la prise de conscience climatiques. Elle a bien entrepris cette tâche avec le prochain Plan National D’Adaptation au Changement Climatique PNACC-2. Cependant, il lui reste à établir et affirmer clairement que :
il n’y a aucun plan d’adaptation réaliste à +2°C ou plus.
Les plans d’adaptation réalistes ne sont compatibles qu’avec des politiques d’adaptation suffisantes pour limiter le réchauffement climatique à +1,5°C et, dans tous les cas, bien au-dessous de +2°C avec une probabilité suffisante.

Action pour le climat :
Ecrivez aux Membres du Parlement de votre circonscription ou de votre entourage, députés et sénateurs, mais aussi attachés parlementaires et suppléants :
Exemple de contribution :

« M. Le Député/Sénateur ou Mme La Députée/Sénatrice,
Les plans d’adaptation au changement climatique reposent sur des hypothèses encore trop optimistes, comme l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris, ce qui est loin d’être acquis. Surestimer notre capacité individuelle à nous adapter est humain, mais ce ne serait pas une bonne stratégie au niveau national. En tant que leader climatique, la France doit donner l’exemple du réalisme et de la prise de conscience climatiques. Elle a bien entrepris cette tâche avec le prochain Plan National d’Adaptation au Changement Climatique PNACC-2. Cependant, il lui reste à établir et affirmer clairement que :
1. il n’y a aucun plan d’adaptation réaliste à +2°C ou plus.
2. Les plans d’adaptation réalistes ne sont compatibles qu’avec des politiques d’adaptation suffisantes pour limiter le réchauffement climatique à +1,5°C et, dans tous les cas, bien au-dessous de +2°C avec une probabilité suffisante.
Voici nos propositions :
Demander à l’ONERC d’étudier les conclusions ci-dessus et les ajouter au préambule du prochain plan PNACC-2
Créer une commission spéciale pour identifier et chiffrer les conséquences climatiques en 2050 et 2100 du maintien de la trajectoire actuelle des émissions de GES. Ce chiffrage serait ensuite pris comme base de comparaison des politiques d’atténuation et d’adaptation climatique proposées par le Gouvernement. Ainsi, cet outil de décision mis à la disposition des institutions de la République aboutirait à des politiques climatiques pragmatiques, basées sur les faits et la science.
Climate Scorecard se tient à votre disposition pour assister et participer à la mise en œuvre de ces propositions. Dans l’attente de votre réponse, nous soutenons votre action pour le climat en France et dans le monde.
Avec nos salutations les plus respectueuses [Prénom Nom] »

Diffusez cet Appel à l’Action Climatique dans vos réseaux: 
Ecrivez au Président de la République Française et/ou au Gouvernement et au Parlement:
http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/
https://www.senat.fr/senateurs/senatl.html
http://www2.assemblee-nationale.fr/qui

Ecoles, associations et organismes d’enseignement ou services sociaux
Devenez partenaires de Climate Scorecard en vous inscrivant sur :
https://www.climatescorecard.org/partners/

Pour nous contacter, envoyez un courriel au Directeur National de Climate Scorecard:
Stephan Savarese
stephan@climatescorecard.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.