France’s Climate Plan

Spotlight Activity: France’s Climate Plan

The first NDC for France contains the EU First NDC and the French First NDC. The Climate Plan for France does address the 20% and 40% emission reduction targets for 2020 and 2030, respectively. But after another year with GHG emission increase, Climate Scorecard must issue a warning to France:

  • the 2020 objective will be missed if the current emission trajectory is not corrected.
  • the 2030 objective is not sufficient to meet the requirements of the Paris Agreement. Thus, Climate Scorecard encourages France to step up its efforts, as announced by its President and Government:
  1. Effectively lead the European initiative taken by seven countries and officially adopt a 55% reduction target by 2030, similar to those adopted by the Netherlands and Germany.
  2. Evaluate CO2 emissions from all public policies, compensate for policies which delay emission reduction and immediately terminate all policies that slow down the decorrelation between economic activity and CO2 emissions. When essential policies lead to CO2 emission increase, explain why CO2 reduction is not possible, start research and define how to fix the problem.

Realistic measures must be taken to accelerate the transition to low-CO2 energy in France, but also fix the weak point of the French emission budget: CO2 emissions in buildings. Unfortunately, previous attempts to do so have all failed, since emissions in France are still rising, as shown here:
Estimated change in CO2 emissions in 2017 from 2016 levels.

Source: Eurostat

Despite a positive mindset towards climate action, complex legislation with conflicting objectives without a clear priority towards CO2 emission reduction yield confusion and delays in field implementation. There are multiple reasons why France has failed reducing emissions:

  1. It needs to increase the pace of building renovation to lower CO2 emission levels.
  2. While current legislation on new buildings does contain a clear criterion on energy efficiency, GHG emissions are not properly accounted for. This is due to a complex formula with arbitrary coefficients, which values defeats the purpose, resulting into counter-productive advantages to fossil fuel boilers over low-carbon-electricity-powered heat pumps!
  3. More generally: lack of impact evaluation and control of public policies on CO2 emissions.
  4. Slow increase of the share of electricity-powered transportation.
  5. Confusion between renewable energy and electricity: while renewable heating (heat pumps, 
biogas, solar) and heat networks would change the game, financing has been directed by regulations mostly towards renewable electricity, which has less impact per euro invested.

Check also our EU post.


Status: Falling Behind

Increasing CO2 emissions is not an option. France must focus more on results and lower significantly CO2 emissions every year. Otherwise it will miss its 2020 objective (-23% CO2). Its 2030 objective must also be revised, to reach over 50% GHG emissions reduction by 2030 and carbon neutrality (zero net GHG emissions, which implies CO2-negative industry and buildings) in 2050.

Take Action

Write to French Republic President, Mr. Emmanuel Macron:

Dear Mr. President,
Some political decisions increase CO2 emissions, whereas France has committed to reduce GHG emissions by 23% in 2020 compared to 1990, 50% in 2030 and 100% in 2050. As you rightly pointed out on 12/12/2017 at the One Planet Summit, “we are losing this battle: this is unacceptable”. We have noticed how regularly you bring this topic to the top of the agenda of international meetings and trust that you want to get the job done: CO2 emissions are top priority. We agree with you that increasing CO2 emissions is not an option and that we must reverse this trend. Here are our propositions:

  1. Effectively lead the European initiative taken by seven countries to increase the European Union objectives (NDC) and officially adopt a 55% reduction target by 2030, similar to those adopted by the Netherlands and Germany.
  2. Evaluate CO2 emissions from all public policies, compensate for policies which delay emission reduction and immediately terminate all policies that jeopardize the decorrelation between GHG emissions and economic growth
  3. Increase the pace of building renovations to lower CO2 emission levels
  4. While current legislation on new buildings does contain a clear criterion on energy efficiency, GHG emissions are not properly accounted for. This involves monitoring this parameter in application legislation like RT2020: those for RT2012 are good examples of how ill-inspired ministerial decrees can void a law of its substance. This is due to a complex formula with arbitrary coefficients, which values defeats the purpose, resulting into counter-productive advantages to fossil fuel boilers over low-carbon-electricity-powered heat pumps. This can be fixed by a simple legal order from the Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.

We are looking forward to your answer and support your climate action worldwide.
With our respectful and best regards

Send This Action Alert Message to:
Write to French Republic President, Mr. Emmanuel Macron at:
http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

Activité : Engagement de la France sur l’Accord de Paris : le défi de la réduction des émissions de CO2

Le premier engagement (NDC) de la France contient le Premier NDC de l’UE et le Premier NDC français. Le Plan Climat de la France contient les objectifs de 20% et 40% de réduction des émissions de CO2 pour 2020 et 2030, respectivement. Mais après une année supplémentaire de hausse des émissions de GES, Climate Scorecard se voit obligé d’envoyer un avertissement à la France :

  • L’objectif 2020 ne sera pas atteint si la trajectoire d’émissions n’est pas corrigée rapidement.
  • L’objectif 2030 objective est insuffisant pour atteindre les objectifs de Paris Agreement. 
Ainsi, Climate Scorecard encourage la France à accentuer ses efforts, comme l’ont annoncé son Président et son Gouvernement :
  1. Diriger l’initiative européenne des 7 pays pour augmenter les objectifs de l’Union Européenne (NDC) et adopter officiellement la cible de réduction des émissions de 55% en 2030, et 100% en 2050, à l’instar des Pays-Bas et de l’Allemagne.
  2. Evaluer les émissions de CO2 de toutes les politiques publiques, compenser celles qui ralentissent la réduction des émissions et annuler immédiatement celles qui contrarient la décorrélation entre les émissions de GES et la croissance économique. Quand des politiques indispensables conduisent à l’accroissement des émissions de CO2, expliquer en quoi la réduction est impossible, définir des solutions et lancer les actions de R&D idoines.

Des mesures réalistes doivent être prises afin d’accélérer la transition vers toutes les énergies bas- carbone en France, en traitant la faiblesse structurelle des émissions de CO2 en France : les émissions de CO2 dans les bâtiments. Malheureusement, les tentatives d’amélioration de la situation ont échoué, puisque les émissions en France continuent d’augmenter, comme le montre cette figure :
Estimation de la variation des émissions de CO2 en 2017 depuis 2016. Source : Eurostat

Malgré une mobilisation marquée en faveur de l’action climatique, une législation complexe avec des objectifs incohérents sans priorité claire pour la réduction des émissions de CO2 aboutit à beaucoup trop de confusion et de retard dans l’implémentation pratique. Voici les multiples raisons de l’échec de la France à réduire ses émissions :
–  Augmentation trop lente du rythme des rénovations des bâtiments réduisant les émissions de CO2.
–  Tandis que la règlementation actuelle sur les bâtiments neufs contient un critère précis sur les économies d’énergies, les émissions de GES ne sont pas correctement comptabilisées. Cela est dû à une formulation complexe avec des coefficients sont les valeurs arbitraires ont été choisies pour favoriser les énergies fossiles, en contradiction totale avec l’esprit et la lettre de la loi. Le résultat contre-productif en est l’équipement croissant en chaudières thermiques, au détriment des pompes à chaleur électriques, donc bas-carbone. Il est donc important de veiller à cet aspect dans les décrets d’application de la RT2020 : ceux de la RT2012 sont de bons exemples d’annulation des effets d’une loi par des des décrets ministériels peu judicieux. Il suffirait d’une simple correction des décrets correspondants par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.
– Plus généralement : le manque d’évaluation correcte de l’impact des politiques publiques sur les émissions de CO2.
–  Une progression trop lente des modes de transport électriques.
–  La confusion entre énergies et électricité renouvelables : tandis que la chaleur renouvelable (pompes à chaleur, biogaz, solaire) et les réseaux de chaleur changeraient complètement la donne, la finance verte a été dirigée vers l’électricité renouvelable, qui a moins d’impact sur les émissions de GES par euro investi euro. 
Voir aussi notre article sur l’Union Européenne :

Evaluation : En retard

Augmenter les émissions de CO2 n’est pas une option durable. La France doit maintenant obtenir des résultats et baisser sensiblement ses émissions de CO2 chaque année. Sinon, elle n’atteindra pas son objectif 2020 (-23% de CO2). Ses objectifs doivent être également révisés pour dépasser 50% de réduction des émissions de GES en 2030 et la neutralité carbone (zéro émissions nettes, ce qui implique des bâtiments et des industries carbo-négatives) dès 2050.

Action pour le climat :

Ecrivez au Président de la République Française, M. Emmanuel Macron :

M. Le Président de la République,

Certaines décisions politiques conduisent à une augmentation des émissions de CO2, au lieu de les réduire. Or, la France s’est engagée à réduire ses émissions de GES de 23% en 2020 par rapport à 1990, 50% en 2030 et 100% en 2050. Comme vous l’avez souligné à juste titre le 12/12/2017 au One Planet Summit, “nous sommes en train de perdre cette bataille : c’est inacceptable”. Nous avons bien remarqué que vous placez régulièrement ce sujet en priorité de votre action dans les sommets internationaux et partageons votre volonté d’y parvenir : les émissions de CO2 sont une priorité. Nous sommes d’accord pour considérer que l’augmentation des émissions de CO2 n’est pas un choix durable et qu’il faut inverser cette tendance. Voici nos propositions :
1. Diriger l’initiative européenne des 7 pays pour augmenter les objectifs de l’Union Européenne (NDC) et adopter officiellement la cible de réduction des émissions de 55% en 2030, et 100% en 2050, à l’instar des Pays-Bas et de l’Allemagne.
2. Evaluer les émissions de CO2 de toutes les politiques publiques, compenser celles qui ralentissent la réduction des émissions et annuler immédiatement celles qui contrarient la décorrélation entre les émissions de GES et la croissance économique.
3. Augmenter effectivement le rythme des rénovations thermiques de bâtiments pour réduire les émissions de CO2.
4. Tandis que la règlementation actuelle sur les bâtiments neufs contient un critère précis sur les économies d’énergies, les émissions de GES ne sont pas correctement comptabilisées. Cela est dû à une formulation complexe avec des coefficients sont les valeurs arbitraires ont été choisies pour favoriser les énergies fossiles, en contradiction totale avec l’esprit et la lettre de la loi. Le résultat contre-productif en est l’équipement croissant en chaudières thermiques, au détriment des pompes à chaleur électriques, donc bas-carbone. Il est donc important de veiller à cet aspect dans les décrets d’application de la RT2020 : ceux de la RT2012 sont de bons exemples d’annulation des effets d’une loi par des décrets ministériels peu judicieux. Il suffirait d’une simple correction des décrets correspondants par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.
Climate Scorecard se tient à votre disposition pour une aide précise et efficace afin de tenir ces objectifs. Dans l’attente de votre réponse, nous soutenons votre action pour le climat en France et dans le monde.
Avec nos salutations les plus respectueuses

Envoyez ce Message d’Alerte :
Ecrivez au Président de la République Française, M. Emmanuel Macron à:
http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

Leave a Reply

Your email address will not be published.